Mis à jour le 10/06/2017 (version 0.6.6.0)

Histoire 

Atago_in_1939
Croiseur Atago en 1939

Le croiseur lourd Atago de la marine impériale est le premier d’une série de 4 croiseurs de la même classe.  Le nom Atago vient d’une montagne du Japon près de Kyoto. Certains diront que le premier était le Takao mais c’est toujours une histoire sans fin. En réalité l’Atago et Takao ont été tous deux mis sur cale en avril 1927, le Takao le premier lancé (Mise à l’eau) en mai 1930, l’Atago en juin mais il a été le premier mis en service en mars 1932, donc deux mois avant le Takao.

atago
Croiseur Atago dans le Flottes de Combat 1940 – Page 506

En 1937 l’Atago recevra une première modification, ainsi que le Takao, à cause de son instabilité dans les hauts qui nécessitait des modifications importantes du pont et de la coque. Il entreprendra ses premières missions de guerre avec des patrouilles près des côtes chinoises en 1940 et 1941 pour rejoindre le Pacifique en décembre 1941.

Après ses premières missions dans le Pacifique, il retourne au Japon pour une modification d’une partie de son artillerie en 1942 et recevoir des canons de 127 AA dual purpose en remplacement de ses canons de 120 mm AA d’origine.  Son artillerie antiaérienne sera à nouveau renforcée en 1943.

Lors de la bataille du Golf de Leyte en 1944, l’Atago était le navire Amiral de la force de combat sous le commandement de l’Amiral Kurita. Le navire tombera dans une embuscade tendue dans le passage de Palawan par les sous-marins USS Darter et USS Dace le 23 octobre 1944. Il coulera rapidement touché par 4 torpilles de l’USS Darter. Son sister ship Maya sera également détruit par 4 torpilles de l’USS Dace.

L’Atago déplorera la perte de 360 marins et, parmi les 529 survivants, se trouvait l’Amiral Kurita qui transféra par la suite sa marque sur le cuirassé Yamato.

Dans le jeu

atago01a
Fiche technique Atago
Généralités

En jeu l’Atago est un navire de tier VIII premium permanent qui peut être acheté en boutique ou avec des doublons dans l’arbre technologique du jeu. C’est un très bon croiseur polyvalent capable de tenir plusieurs rôles que nous verrons plus loin. Sa maniabilité est dans la moyenne et il est rapide avec une vitesse de 35,5 nds (64,8 km/h). Son rayon de giration de 790 m et un basculement de barre pouvant descendre à 6,5s permettent de manœuvrer correctement.

Points forts
  • Son premier point fort est son artillerie de 203 mm. Très efficace autant avec des obus HE très incendiaires et ses obus AP capables de perforer certains cuirassés de tier inférieur. Augmenter ses capacités incendiaires avec la compétence expert en démolition est un bon choix. Le second choix possible est l’augmentation de la portée de tir des canons AA et secondaires avec la compétence expert tireur d’élite.
  • Le second point fort, et non le moindre, est sa furtivité qui porte sa détectabilité de base en surface à seulement 11,9 km. C’est un point que je recommande fortement d’exploiter. Avec l’équipement système de dissimulation mod. 1 sa détectabilité descend à 10,7 km et si on y ajoute la compétence de rang 5 expert en dissimulation, on arrive à 9,4 km.
  • Le troisième point fort de l’Atago est sa possibilité de réparer une partie des dommages reçus qui en fait le seul croiseur de tier VIII à en bénéficier alors que sur les navires standards ce n’est possible qu’à partir du tier IX. Ce sont autant de points de vie récupérés en cas de besoin.
  • On peut ajouter comme point fort ses torpilles puissantes, avec une capacité de dommages maximum supérieure à 17 000 PV, une vitesse de 62 nds pour une portée de 10 km. L’angle de tir est relativement pratique n’obligeant pas de les tirer en étant complètement perpendiculaire à la cible, contrairement aux autres croiseurs japonais standards du jeu.
  • Leur usage particulier demande toutefois une certaine habitude car les deux affûts de torpilles de chaque bord ne permettent pas un tir de toutes les torpilles sur une même cible sans manœuvrer. Un affût est prévu pour tirer d’environ 45° à 90° vers l’avant alors que l’autre est prévu pour tirer sous les mêmes angles vers l’arrière. On ne peut donc pas doubler une salve très facilement contrairement au croiseur allemand Admiral Hipper par exemple.
Points faibles
  • Un de ses points faibles est sa portée de tir limitée à 15,8 km mais également un temps de rechargement des canons de 16 s qui demanderont une certaine prudence face aux nombreux croiseurs allemands ou russes de tiers VI à X que l’Atago est susceptible de rencontrer et qui le surpassent largement sur ces deux points. Toutefois ce point faible peut être compensé par sa furtivité en lui permettant de s’échapper plus facilement en cessant le feu pour disparaître à la vue d’un poursuivant si nécessaire.
  • Son faible blindage de coque ne permet pas d’erreur de positionnement, comme c’est le cas pour de nombreux croiseurs, si ce n’est pas tous … Bien anglé il restera tout de même possible de limiter les dégâts et d’encaisser en prenant la bonne habitude de ne tirer qu’avec ses deux tourelles avant.
  • Son artillerie antiaérienne n’est pas véritablement un point faible mais reste un peu juste et permettra essentiellement de se défendre soi-même et manquera d’efficacité en escorte. En ce qui me concerne il me semble indispensable de la compenser au minimum par l’amélioration Canons AA mod. 2 et garder comme consommable le tir défensif AA.
Rôle(s)
Appui feu des cuirassés

Dans ce rôle d’accompagnement et d’escorte, ses cibles seront les cuirassés ennemis en usant de la HE pour leur mettre des incendies en série mais à courte distance les AP pourront être très efficaces contre certains cuirassés.

Ses autres cibles seront les autres croiseurs qui engageront le cuirassé que vous escortez ou les destroyers tentant de l’approcher. L’artillerie AA sera surtout efficace avec le consommable du boost AA.

Soutien des destroyers

Pour accompagner efficacement vos destroyers, un maximum de furtivité est indispensable. Elle permet de les accompagner au plus près sans se faire repérer par les destroyers ennemis trop vite. Il suffit de rester à 6 ou 7 km maximum derrière les destroyers alliés. En cas de contact les HE seront très efficaces contre les DD ennemis ou éventuellement permettront de protéger vos alliés contre les croiseurs ennemis les engageant.

Loup solitaire

Là encore il faut une furtivité au maximum car ce rôle n’est pas le plus facile. Il consiste à rester discret le plus longtemps possible afin de se positionner le mieux possible au plus près d’un secteur à défendre ou à investir, ou approcher un navire ennemi afin d’être le premier à ouvrir le feu et prendre l’initiative de l’engagement. Avec une furtivité à 9,4 km, l’Atago est tout à fait apte à jouer ce rôle.

Equipements
  • Batterie principale mod.1
  • Canons antiaériens mod.2
  • Propulsion mod.1
  • Appareils à gouverner mod.2
  • Système de dissimulation mod.1
Compétences du commandant
  • Base de capacité de survie ou entrainement avancé au tir
  • Expert tireur d’élite
  • Vigilance
  • Expert en démolition
  • Expert en dissimulation ou maintenance préventive

Note : Les équipements et compétences ne sont que des suggestions et de nombreuses autres combinaisons sont possibles en fonction du gameplay recherché par le joueur. Pour les compétences ce sont celles qui me semblent indispensables si on veut aller jusqu’à la compétence à 5 points sans avoir à redistribuer les points en les ajoutant au fur et à mesure de l’avancement du commandant.

Conclusion

Je ne conseillerais pas à un nouveau joueur de l’acheter sans avoir un minimum d’expérience car son MM l’amènera à rencontrer des navires de tiers VI à X, ce qui demande certaines connaissances du jeu et également une bonne maîtrise des croiseurs.

Malgré quelques différences il est assez semblable et comparable au Mogami, croiseur japonais standard de rang VIII bien que l’Atago ait quelques avantages par rapport à ce navire (portée de tir, possibilités de réparations et angles de tir des torpilles)

ship_pjsc038_atago_1944
Fiche Wiki Wargaming