Mis à jour le 10/06/2017 (version 0.6.6.0)

Histoire 

ishizuchi_art
IJN Ishizuchi – Fan Art

L’Ishizuchi n’a, dans la réalité, jamais dépassé le stade de la planche à dessin, c’est ce qu’on appelle un « blue print » ou « paper ship », c’est à dire juste un projet parmi beaucoup d’autres. Au début des années 1900 le Japon cherchait à armer sa marine de navires rapides et très fortement armés sur la même conception que les croiseurs de bataille britanniques de la classe Invincible.

hms_invincible
HMS Invincible, on peut noter la similitude des lignes de l’Ishizuchi

Le concept de la classe Invincible était prôné par l’Amiral Fisher qui disait « Speed is armor », c’est à dire la vitesse est le blindage. Le principe était donc de réduire le poids du navire au détriment du blindage et ainsi améliorer la vitesse afin de pouvoir échapper aux cuirassés bien plus blindés et se mettre hors de leur portée de tir.

Finalement l’Ishizuchi ne restera qu’un projet qui laissera la place au Kongo qui sera le premier croiseur de bataille de sa classe construit pour le Japon en Angleterre.

Dans le jeu

ishizuchi01
IJN Ishizuchi
Généralités

Dans le jeu ce cuirassé est conforme aux spécifications qui étaient attendues de lui en qualité de projet, armé de canons de 305 mm, il est rapide mais relativement peu blindé. Il sera donc presque mieux de le jouer comme un croiseur plutôt qu’un cuirassé.

Points forts
  • Son artillerie de 305 mm est dans les normes des cuirassés de son tier mais inférieure au calibre de 356 mm du Myogi. Les obus HE de ce navire sont particulièrement efficaces à distance de tir moyenne (33% de chances d’incendie), en dessous de 12 km mieux vaut passer à l’AP. Sa portée de 15,7 km lui assure une précision correcte avec une dispersion maximale de 194 m et une vélocité d’obus de 831 m/s. Son artillerie a un reload de 25 s, ce qui n’est pas à négliger.
  • Avec ses 27,5 nds, sa vitesse est son véritable point fort selon la maxime de Fisher, « Speed is Armor ». Il permet ainsi de suivre assez facilement les croiseurs sans être trop distancé,  on peut ainsi se positionner rapidement sur un point clef ou changer de position rapidement pour aller aider là où le besoin se fait sentir. De plus, en cas de retraite forcée, on garde malgré tout  6 canons disponibles et bien agencés, ce qui permet de maintenir la distance si c’est un croiseur et de déposer tous les BB d’en  face. Dans ce cas de figure les HE font des merveilles et finissent par fatiguer le poursuivant.
  • Sa maniabilité est aussi un atout car, malgré un rayon de giration de 740 m, son basculement de barre de 12,5 s permet d’anticiper les manœuvres en particulier contre les torpilles tant des destroyers que des avions ennemis.
Points faibles
  • La rotation des tourelles de 41,9 s pour 180° demande une bonne anticipation sur les cibles que l’on veut engager.
  • Son blindage est plus faible que n’importe quel autre cuirassé et le navire est assez sensible aux incendies, il faut donc approcher avec un bon angle où il encaissera mieux les tirs et prévoir ce qu’il faut pour la lutte contre les incendies.
  • Il manque de punch en corps à corps contre un autre cuirassé. Dans une telle confrontation il est difficile, mais pas impossible, de sortir vainqueur d’un duel.
Rôle(s)
Soutien des croiseurs

Sa vitesse permet de rester à une distance assez proche des croiseurs de l’équipe et de les soutenir avec efficacité. Sur la majorité des croiseurs que rencontrera l’Ishizuchi, les obus AP feront vraiment très mal. C’est un chasseur de croiseurs par excellence.

Equipements
  • Batterie principale mod.1
  • Contrôle avaries mod.1
Compétences du commandant
  • Bases de capacité de survie
  • Expert tireur d’élite
  • Grande alerte
  • Entrainement avancé au tir
  • Contrôle de tir manuel pour l’armement secondaire ou Multitâche ou Expert en dissimulation

Note : Les équipements et compétences ne sont que des suggestions et de nombreuses autres combinaisons sont possibles en fonction du gameplay recherché par le joueur. Pour les compétences ce sont celles qui me semblent indispensables si on veut aller jusqu’à la compétence à 5 points sans avoir à redistribuer les points en les ajoutant au fur et à mesure de l’avancement du commandant.

Conclusion

C’est un navire que je conseillerais plus à un joueur expérimenté de croiseurs ou cuirassés japonais et qui sont plus versés dans la randonnée sauvage que la partie de pétanque au camping. Il faut vraiment savoir bien anticiper les manœuvres. Je dis croiseurs ou BB parce que je l’ai testé avec différents commandants (Dont Zao et Amagi mais aussi Aoba) et ça se passe très bien malgré des configurations différentes. Ce navire est vraiment entre les deux.

ship_pjsb008_ishizuchi_1921
Fiche Wiki Wargaming