Mis à jour le 10/06/2017 (version 0.6.6.0)

 Histoire

La classe Nagato est une classe de cuirassés de type dreadnought construits peu de temps après la Première Guerre Mondiale pour la marine impériale japonaise. Il s’agit de la toute première classe de cuirassé entièrement conçue par le Japon. Deux navires furent produits, le Nagato et le Mutsu dans le cadre du programme 8-8.

La construction du Nagato débute en 1917 et le navire entre en service en 1921. De 1925 à février 1942, l’amiral Yamamoto en fait son navire-amiral. Les navires sont modernisés en 1935

Le Nagato fut le navire qui envoya le signal du lancement de l’attaque de Pearl Harbour le 7 décembre 1941. Il fut présent à Midway mais ne prit pas part au combat. Il fut attaqué par une force aérienne pendant l’opération A-Go mais s’en tira sans dommages.  Lors de la bataille du golfe de Leyte, le Nagato fut endommagé par les avions des portes avions USS Franklin, USS Cabot et USS Hornet.  En février 1945, le navire sert uniquement à la défense côtière, immobilisé et impossible à réparer en raison de la pénurie de ressources qui accable le Japon. En novembre 1944, Nagato est endommagé par une nouvelle attaque aérienne venant des portes-avions USS Essex, USS Shangri-La, USS Randolp et USS Belleau-Woods.

Le navire est capturé lors de la rédition du Japon le 30 août 1945. Les États-Unis s’en serviront comme cible lors de leurs essais nucléaires à Bikini. Il survécu au premier mais coula lors du second. On ignore s’il est parvenu à couler quelque chose.

Mutsu coula en 1943 suite à une explosion accidentelle.

Nagato en 1946, peu avant d’être envoyé à Bikini.

En jeu

Si vous êtes en train de lire cet article, vous venez peut-être de débloquer Nagato, de faire vos premières parties avec et de subir une grosse désillusion. Ou alors vous vous voulez juste en savoir un peu plus sur ce navire. Si vous appartenez à la première catégorie, vous êtes au bon endroit. Sinon, restez, vous pourriez ne pas perdre quinze minutes de votre vie.

Reprenons, vous venez tout juste de sortir du grind de Fuso et vous avez cassé votre tirelire virtuelle pour faire l’acquisition de ce puissant cuirassé, impatient de déchaîner la colère impériale de ses 8 canons de 410mm. Sauf que vous vous êtes fait botter le train en 5 minutes chrono sans avoir pu mettre le moindre coup au but, n’est ce pas ? Avant de cliquer rageusement sur « Vendre » lisez ce qui va suivre, ça pourrait vous changer la vie.

 Pourquoi j’y arrive pô ?

Nagato n’est pas Fuso. J’insiste beaucoup sur ce point, ce navire marque une rupture par rapport à ses deux prédécesseurs Kongo et Fuso.  Tous trois sont des brutes épaisses certes, mais là où les deux premiers se contentent d’avancer tout droit et de oneshoot tout ce qui bouge pour remporter la victoire, le troisième vous demandera plus de finesse et de technique pour démontrer tout son potentiel.

Caractéristiques globales

Rejetons d’abord un coup d’œil sur ses caractéristiques. (navire amélioré au maximum, sans améliorations ni compétences de commandant)

Armement:

4×2 canons de 410mm avec 2×2 canons 127mm HE et 9 canons de 140mm AP par flanc. On joue dans la cour des grands maintenant. 32s de rechargement, 48 secondes pour faire faire une demi rotation, une vélocité d’obus AP de 800m/s pour une dispersion de 231m à 20.5km. Vous vous baladez avec un armement secondaire équivalent à l’artillerie principale d’un croiseur sur chaque flanc.

Mobilité:

Une vitesse honnête de 25 nœuds, pour un rayon de giration de 770m et un temps de basculement du gouvernail de 13.7s.  Pas de net changement de ce coté, il est aussi maniable que les deux précédents, et un poil plus rapide que Fuso.

Défense AA:

Pleins de canons de 25mm et les 140mm. En gros, votre AA est dangereuse pour les avions de plus bas rang, honnête contre ceux de même rang et vous serez la victime des porte-avions de tiers supérieurs.

Capacité de survie:

65.000 hps, le plus haut nombre de tout le tiers 7.

25mm de blindage sur le pont, suivi d’une seconde épaisseur de 70mm. Cette protection est très nettement supérieure à tout les autres cuirassés. Un frontal de 25mm, pareil qu’avec Colorado mais très en dessous des deux allemands. Blindage de flanc: 25mm avec une ceinture de 305mm. C’est très en dessous de tout ses concurrents, avec une réduction des dommages des torpilles de 29%.

Tout ça c’est très beau, mais qu’est ce que ça veut dire ?

En fait, vous avez entre les mains un gros navire pas spécialement agile ni véloce, avec une AA hasardeuse, peu protégé contre les obus de gros calibre et vulnérable aux petits calibres sur les flancs qui encaisse décemment les torpilles mais qui possède une puissance de frappe de fou furieux à longue portée et capable de déchaîner une véritable tempête de feu contre les inconscients qui osent s’approcher trop près.

Forces:

-Artillerie de 410mm, précise et puissante

-Armement secondaire excellent

-AA honnête si top tier.

-Excellente protection contre les obus AP de moins de 357mm

-Grand nombre de PVs

-Bonne réduction des dommages des torpilles

Faiblesses:

-Très faible AA si bas tier.

-Vulnérable aux obus AP de plus de 357mm

-Vitesse et maniabilité faibles

-Flancs fragiles, citadelle très sensible

-Le 410mm à souvent tendance à sur pénétrer les croiseurs, surtout si vous êtes en haut du tableau.

Explications

Dit comme ça, ça ressemble beaucoup à Fuso, mais vous n’êtes plus au T6 maintenant… Qu’est ce qui change par rapport à avant ?

En plus de la force de frappe accrue des DD et des CV, c’est l’augmentation du calibre standard des cuirassés (de 356mm à 380/410)  et croiseurs (155 à 203) qui va impacter votre jeu.

On va commencer par les seconds, ils disposent maintenant d’une portée accrue, avec de meilleurs dommages mais surtout d’un mix AP/HE polyvalent. Avant ils se contentaient de vous matraquer à la HE en espérant déclencher des incendies sans jamais changer de munitions, quelque soit la situation.  Maintenant, bien que le temps de rechargement soit plus long, ils déclencheront toujours autant d’incendies mais si vous osez exposer vos flancs à courte portée vous verrez vos PV fondre. Les cuirassés n’ont plus le monopole de l’AP.

Le plus gros changement se fait du coté des cuirassés, à cause d’une mécanique de jeu appelée « l’overmatch ».

Si le calibre d’un obus est 14.3 fois supérieur au blindage touché, l’obus pénètre automatiquement sans perdre de sa valeur de pénétration.

Fuso dispose d’un blindage de 25mm, donc 25×14,3=357,5.  C’est pour cela que vous pouviez encaisser sans sourciller les salves des New Mexico, Fuso et Dunkerque mais que celle des Warspite et Bayern étaient aussi douloureuses, même de face. Car 356<357,5<380

Cependant votre Nagato possède lui aussi un blindage de 25mm, donc 25×14.3=357,5. Comme pour Fuso, chaque obus de plus de 357,5mm qui touchera votre coque pénétrera automatiquement votre blindage pour aller frapper directement la citadelle. Et au T7 tout les cuirassés ont une artillerie plus grosse que cette valeur.

474e2c5249110f34f315d600fb6da275

Jouer Nagato comme les unicums

Encore là ? Je ne nous ai pas trop assommé avec ces maths épouvantables ? On aborde la partie intéressante, comment les pros jouent le Nagato !

L’angling, la base de la base des bases basiques.

Tout cela nous amène à un point vital du jeu de Nagato, et de tous les cuirassés par extension: savoir s’angler correctement.

Que veut dire ce terme barbare ? Concrètement, il s’agit de pointer la proue (l’avant/ le nez pour les incultes) de votre navire vers les canons les plus dangereux. Cela va mettre en œuvre trois mécaniques de jeu supplémentaires: l’augmentation du blindage effectif, la normalisation des obus et le ricochet automatique. Comme ceci n’est pas un guide sur l’angling, je vous conseille de regarder celui-ci:

Topic sur le forum NA

Rassurez-vous, même s’il est en anglais, les illustrations suffisent largement à la compréhension.

C’est à ce moment que vous me dites « Mais pourquoi je m’embêterais à m’angler si de toute façon l’autre me pénètre ? » Je vous répond donc que:

Primo vous présentez une surface beaucoup plus petite à votre adversaire. Secundo une cible qui avance ou s’éloigne est nettement plus difficile à viser qu’une cible qui se déplace latéralement. Tertio, vous dissimulez vos flancs. Mettre un obus dans votre citadelle va être nettement plus compliqué pour votre adversaire.

S’angler est obligatoire contre les autres cuirassés, surtout si vous être en bas de tableau, et conseillé contre les croiseurs ayant de bonnes AP et à courte portée (russes, allemands et US).

Gameplay général

Je vais clarifier un point du jeu des cuirassés:

Oui vous avez de la portée, non ce n’est pas une raison pour rester derrière. Si vous pensez cela, vous n’avez absolument rien compris.

Votre rôle est d’être à la pointe de l’assaut, en train d’enfoncer les lignes ennemies avec votre immense puissance de jeu en prenant les coups pour vos coéquipiers. Et non à sniper les ennemis au maximum de votre portée en vous cachant comme un couard derrière votre porte-avions.  Plus vous êtes loin du combat plus vous êtes inutile, c’est un fait.

Attention, être au cœur du combat ne signifie pas charger tête baissée dès le début sans réfléchir, c’est un excellent moyen de mourir. Si l’ennemi oppose une vive résistance, attendrissez la viande avant de leur rentrer dans le lard. Grignotez leurs points de vie en distribuant de grosses baffes, encaissez le feu adverse pour que vos alliés puisse travailler en paix (Angling !). Pendant ce temps, essayez de maintenir une pression constance sur les ennemis de façon à les repoussez. Le joueur moyen n’est pas très courageux, la plupart reculeront pour peu que vous vous montriez un peu insistant.

Vous devez toujours être accompagné. Un cuirassé isolé est un cuirassé mort. Conservez autant que possible une solution de repli pour régénérer vos points de vie s’ils sont trop bas, n’attendez pas le dernier moment pour le faire aussi. Conservez toujours votre angle contre les gros calibres ennemis et un œil sur votre mini-carte.

Votre navire n’est pas aussi réactif et agile qu’un destroyer et ne peut se cacher, la mini-carte est un outil indispensable pour anticiper les menaces. Il est inutile de rester en permanence en vue binoculaire sur votre cible, lorsque vos canons rechargent, maintenez le clic droit enfoncé pour observer la situation autour de vous sans bouger vos tourelles. Ce qui fait la différence entre un mauvais et un bon joueur ne se joue pas aux réflexes mais à la connaissance et à la vision tactique. Et cela vaut encore plus en cuirassé.

 

Duel de cuirassés

Démolir un de vos pairs vous demandera un peu plus de technique que pour supprimer un croiseur gênant d’un majestueux double clic gauche. Ci-dessous les deux cas les plus courants:

Cas n°1: Vous êtes tous les deux anglés l’un par rapport à l’autre, en train de vous défier du regard tels deux cow-boys dans un western. Vous ne pouvez utiliser que vos canons avant, les tourelles arrières ne peuvent pas pivoter suffisamment. Votre adversaire flanche et commet l’erreur d’ouvrir son angle en premier pour vous tirer dessus avec tout ses canons, que faites-vous ?

A) Je reste anglé et je serre les fesses !

B) J’ouvre moi aussi mon angle et je riposte sans tarder

C) Je fais une manœuvre d’évitement façon Matrix.

D) La réponse D.

Le truc à ne surtout pas faire est d’ouvrir vous aussi votre angle, c’est un excellent moyen de prendre une quantité astronomique de dégâts.

Serrer les fesses et encaisser la salve peut être viable à bout portant mais je vous rappelle qu’à cause de l’overmatch, vous risquez de subir pas mal de dommages. Cela revient à vous en remettre au RNG.

La meilleure astuce est d’esquiver. Au moment où votre opposant ouvre le feu, réduisez les machines et virez dans le cap opposé à celui que vous aviez par rapport à lui. Ce changement brusque de direction et de vitesse vous permettra d’éviter une grande partie des obus en approche. Et surprise, tout au long de cette manœuvre vous restez anglé ! Vous pouvez vous régaler du doux son des tirs finissant à la flotte et ricochant sur votre blindage.

A cause de l’inertie, le navire de votre adversaire ne reprendra pas immédiatement sa trajectoire initiale, dévoilant ainsi son flanc et réduisant temporairement sa capacité de mouvement. Vous n’avez plus qu’à profiter de son rechargement pour lui faire baisser les yeux d’une salve bien ajustée puis reprendre votre angle.

Cas n°2: Votre adversaire est un crétin fini et navigue broadside par rapport à vous. Que faites-vous ?

A) Je l’oblitère.

B) Je l’explose.

C) Je m’en sers comme cible d’entraînement

D) Je démolis la réponse D.

Esquivez proprement si nécessaire puis punissez le comme il se doit.

Contre les cuirassés allemands

Merci à Baptistescuder pour le meme.

Scharnhorst, Gneisenau et Tirpitz. Retenez bien ces trois-là. Nagato ne craint personne en combat rapproché grâce à son armement secondaire. Cependant les cuirassés d’outre-Rhin disposent d’un argument particulièrement gênant: les torpilles.

Si vous en avez la possibilité et que vous n’avez pas choisi le build secondaires, conservez un peu de distance entre eux et vous. Sinon, suivez ces étapes là.

Phase d’approche:  Surtout maintenez à tout prix votre proue dans sa direction, retenez votre tir. L’allemand a besoin d’exposer son flanc pour lancer ses torpilles, vous ne pouvez pas rater le moment quand il se met en position. Si par hasard vous étiez chargé à l’HE, tirez dans ses tubes pour les casser, si vous étiez à l’AP tirez lui dans le bide. (Pas besoin de viser la ligne de flottaison, c’est presque impossible de citadel hit un cuirassé allemand au corps à corps. Visez la moitié de la coque et surtout conservez votre proue pointée vers lui, ne tirez qu’avec vos canons avant. Il va lancer ses torpilles, esquivez si possible sinon réduisez la casse autant que vous le pouvez.

Phase 2:  Il y a deux cas de figure ensuite.

Cas n°1: Il se retourne pour utiliser ses torpilles de l’autre flanc. Reproduisez la méthode au dessus. Ensuite appliquez le cas n°2

Cas n°2: Il décide d’engager un duel aux canons à l’ancienne.

On en revient aux bases du duel de cuirassé. Restez anglé car leurs canons au calibre plus faible ont plus de mal à vous pénétrer et attendez une erreur de leur part.

Tirer correctement

C’est un point qui pose très souvent problème lorsqu’on achète ce navire, tous vos tirs font plouf, vous mettez tout à coté. Et si je vous dis que Nagato est au contraire l’un des cuirassés les plus précis du T2 au T7 ?

Rappelez vous que vous ne jouez plus Fuso, vous ne pouvez plus compter sur l’effet de saturation pour toucher votre cible, vous avez 4 canons de moins. Ensuite, la balistique du 410 est nettement différente de celle du 356 que vous aviez l’habitude de jouer, il faut un temps d’adaptation plus ou moins long. Dans ce cas, n’hésitez pas à aller en salle d’entraînement et en bataille en coopération pour vous entraîner autant que nécessaire. Cela vous évitera pas mal de pétages de plombs (votre clavier et votre entourage vous remercieront) et d’avoir des statistiques catastrophiques si vous y accordez de l’importance.

Les améliorations, compétences et consommables.

Equipement.

Il n’y a qu’un seul build efficace pour Nagato. L’AA optimisée au maximum n’est pas suffisante pour décourager un porte avions, et l’absence de l’amélioration de la furtivité ne permet pas un build furtif viable.

Build des secondaires

Le but de ce build est d’optimiser l’efficacité de l’armement secondaire du navire. Les secondaires de Nagato sont capable de déchaîner une tempête d’obus AP et HE sur un ennemi qui s’approcherait à moins de 7.6km de vous. Il s’agit du build le plus polyvalent pour ce navire. (Utilisation du signal Mike Yankee Sosisix recommandée)

Compétences du commandant:

  • Entrainement de base au tir
  • Expert tireur d’élite
  • Surintendant
  • Entrainement avancé au tir
  • Contrôle manuel de la secondaire

Améliorations:

  • Modification de la batterie principale 1/ Modification de l’armement secondaire 1
  • Modification de l’armement secondaire 2
  • Modification du système de contrôle des dommages 1
  • Modification du gouvernail 2

 Les consommables

Autant être honnête avec vous, le T7 est le tier à partir duquel il faut arrêter d’être radin. Les cuirassés ne sont pas aussi dominateurs qu’au tier précédent, et pour les deux tiers supérieurs vous êtes une cible de choix. Je vous recommande l’utilisation de l’extincteur (DCP) et de la réparation premium, ces consommables font très souvent la différence.  Éteindre un triple incendie X secondes plus tôt, avoir sa réparation plus vite, sont des plus qui vous garantissent quelques minutes de survie supplémentaires.

Un délai qui peut vous permettre de continuer d’œuvrer plus longtemps pour la victoire et d’amasser plus de crédits et d’expérience . De plus, ces consommables coûtent moins cher qu’une réparation complète de votre navire.

Le troisième consommable est soit un chasseur soit un avion de reconnaissance. Les deux ont leurs avantages. A vous de choisir en fonction de votre préférence, le chasseur ayant cependant l’avantage de rester en vol plus longtemps et d’attaquer tout ce qui vole trop près, en plus de vous donner du spot.

Conclusion

Nagato est un navire parfois capricieux à la mauvaise réputation imméritée. Il demande un minimum de connaissances et d’expérience pour être joué à plein potentiel.

Nagato est de loin le navire le plus formateur de la ligne des cuirassés japonais. Ses forces et ses faiblesses sont typiques de la ligne japonaise, chaque erreur se paie. Les leçons que vous appendrez avec lui vous seront utiles pour le reste de la branche et des navires du jeu.

Maîtrisez-le et le chemin jusqu’au Saint-Graal du cuirassé, le Yamato, sera une partie de plaisir.

 

ship_pjsb010_nagato_1944
Fiche Wiki Wargaming