Histoire 

Dans la volonté de s’équiper de croiseurs légers, l’Emile Bertin suivit la classe Duguay Trouin. Unique croiseur de sa classe, l’Emile Bertin fut mis sur cale aux ateliers et chantiers de saint-Nazaire en 1931. Son lancement eut lieu en 1933 et sa mise en service en janvier 1934.

emilebertin

Bien que sa vitesse « officielle » soit de 34 nds, il atteindra, par une houle de 4m, une vitesse de 37 nds sur l’essai d’endurance de 8 heures. Aux essais Washington il filera 39,8 nds et 42 nds sur certains parcours. C’était un record mondial et il reçut ainsi le surnom de « lévrier des mers ».

L’Emile Bertin sera engagé en Norvège en avril 1940 où il recevra une bombe aérienne de 500 kg qui, par chance, traversera le navire du roof arrière, derrière la cheminée, à la coque sous la ligne de flottaison, sans exploser. D’une certaine manière son manque de blindage le sauvera d’une catastrophe.

 

 

En juin 1940 il est chargé, avec le porte-avions Béarn et le croiseur école Jeanne d’Arc, de transporter une partie de l’or de la Banque de France aux États-Unis. La tournure des événements les empêchera de déposer l’or aux USA. Après avoir échappé de justesse à l’attaque des navires britanniques qui reçurent l’ordre de les neutraliser, tout comme pour les navires français de Mers El Kebir ou Dakar, les trois navires seront assignés par les États-Unis à rester en Martinique où l’or sera débarqué.

A partir d’avril 1943 de il y eu de fortes tensions à bord et, malgré plusieurs ordres de sabordage et de report émanant des autorités locales, une partie de l’équipage refusa d’y obéir et une menace de mutinerie fut pressentie par le commandant. Celui-ci finira par convaincre le préfet d’annuler définitivement cet ordre.

En août 1943 l’Emile Bertin rejoint Philadelphie aux USA où il fut renforcé significativement par de l’artillerie antiaérienne et l’adjonction d’un radar de conduite de tir et d’un sonar ASDIC.

emilebertin1944-2

Fin 1943 il opérera en Atlantique et au large des côtes de l’Afrique de l’Ouest puis rejoindra les forces de l’US Navy en mer Méditerranée en février 1944. Il sera aux côtés des américains pour les débarquements d’Anzio et de Provence en 1944. Il appareillera pour  l’Indochine dès la fin de la guerre en Europe et y restera jusqu’en 1947. Il sera affecté plus tard au groupe des écoles de canonnage à Toulon pour terminer définitivement sa carrière de croiseur en 1951.  Finalement il sera utilisé comme base fixe (caserne des écoles) de 1952 à 1959 pour être démantelé en 1961.

emblemeEB.jpg
Emblème de l’Emile Bertin
Ses caractéristiques
  • Déplacement : 5 886 tonnes w.

  • Longueur : 177m (167m de la poupe à la proue)

  • Largeur : 15.84 m

  • Tirant d’eau : 5.44 m

  • Propulsion : 6 chaudières Penhoêt alimentant 4 turbines Parsons à engrenage entraînant 4 hélices pour une puissance de 102.000 cv. 

  • Emport : 1 800 t. de mazout

  • Rayon d’action : 6000 miles nautiques à 15 nœuds

  • Vitesse: 34 Nœuds. 

  • Équipage : 36 officiers et 531 hommes

Armement d’origine

  • III x 3 152 mm (2 tourelles en chasse, 1 en retraite).

  • I x 2 canons AA de 90 mm (roof arrière)

  • 2 canons AA de 90 mm (Tribord et bâbord)
  • 8 canons AA de 37 mm.

  • 6 mitrailleuses AA de 13,2 mm.

  • IIx3 tubes lance-torpilles de 550 mm.

  • Une catapulte pour 2 hydravions GL.832 (Observation et conduite de tir)

  • Possibilité d’embarquer 200 mines.

Après modernisation à Philadelphie (USA 1943)

Afin d’augmenter la défense AA, les hydravions et la catapulte sont débarqués. Idem pour les systèmes de rails d’acheminement des mines. La place récupérée permettra un plus important emport de munitions et une modification de l’aménagement pour l’équipage.

  • 1 radar de veille aérienne

  • 1 radar de veille surface

  • 1 système d’écoute ASM « asdic » 

  • III x 3 152 mm (2 tourelles en chasse, 1 en retraite).
  • II x 3 tubes lance-torpilles de 550 mm.

  • III x 2 canons AA 90 mm AA.

  • 2 canons AA de 90 mm
  • IV x 4 canons AA 40 mm bofors.

  • 20 canons AA 20 mm oerlikon.

  • III x 2 tubes lance-torpilles de 550 mm.

  • 2  grenadeurs ASM latéraux
  • 4 mortiers ASM Thornicroft

Note : Lors de tests de tir avec les nouvelles munitions aux USA, un canon de 152 mm sera très endommagé. Cet incident réduira à huit les canons de l’artillerie principale.

emile_bertin_jeu01

Comme dans la réalité il est très faiblement blindé et sa motorisation est fragile aux impacts, tout comme son système de gouvernail.

Points forts
  • Une portée de tir correcte pour un croiseur de tier V. (14,9 km)
  • Vitesse rapide et bien adaptée de ses tourelles par rapport à la courbe de giration du navire (670 m)
  • Une artillerie antiaérienne acceptable mais non conforme à sa modernisation de 1943.
  • Sa vitesse et sa maniabilité permettant d’esquiver assez facilement les tirs à longue portée.
  • Des torpilles puissantes et une portée de 9 km, angle de torpillage optimal.

Note – Les différences entre sa DCA dans le jeu et celle reçue en 1943  :

  • 2 canons 90 mm AA modèle 1926 (au lieu de III x 2 et 2)
  • II x 2 et II x 4  canons de 40 mm Bofors au lieu de de IV x 4
  • 14 canons de 20 mm Oerlikon (Au lieu de 20)
Points faibles
  • Aucun blindage
  • Cadence de tir de ses 152 mm un peu faible (rechargement de 12 s.)
  • Faible dissimulation de base.
  • Fragilité récurrente de sa propulsion et son gouvernail
Rôle(s)
Soutien de destroyers

Il peut apporter un appui aux destroyers alliés autant contre les DD que les croiseurs ennemis à condition d’avoir la compétence de furtivité.

Chasseur de destroyer

Selon la map, les circonstances, équipements et compétences,  il peut chasser les destroyers ennemis grâce à sa très grande vitesse.

Soutien de cuirassés

Il peut apporter un bon appui-feu aux cuirassés alliés s’il est top ou middle tier, moins en low tier où il devra se débrouiller pour rester à distance des navires de tier VII beaucoup plus puissants. Sa DCA a également son utilité en défense.

Equipements
  • Batterie principale mod.1
  • Canons antiaériens mod.2
  • Système contrôle avaries mod.1

 

Compétences du commandant (10 points)
  • Alerte de tir en approche
  • Ultime résistance
  • Entrainement de base au tir ou Expert en démolition
  • Expert en dissimulation

 

Note : Les équipements et compétences ne sont que des suggestions. De nombreuses autres combinaisons sont possibles en fonction du gameplay recherché par le joueur. Ici ce sont celles qui me semblent indispensables si on veut aller jusqu’à la compétence à 4 points sans avoir à les redistribuer et en les ajoutant au fur et à mesure de l’avancement du commandant.

Conclusion

Il vaudra mieux le jouer à distance en début de game en profitant de son excellente vitesse de 39 nds. Il pourra assez facilement poursuivre les destroyers mais n’oubliez pas dans ce cas de vous équiper du consommable Hydro-acoustique. Ses torpilles à longue portée peuvent également être redoutables en embuscade ou en tir d’interdiction à longue distance (9 km). Son jeu demande un minimum de prudence et il ne pardonne pas l’erreur de placement.

Sur le plan de la modélisation ce croiseur est loin (très loin …) du modèle original à mon goût. Si l’on peut éventuellement penser que Wargaming ait choisit de minimiser son AA en tier V, le modèle 3D est vraiment très moche et ne correspond en rien à ce que le croiseur était en 1944. Il suffit de comparer la photo ci-dessous avec le modèle du jeu pour comprendre.

Emile-Bertin
Note : Absence du canon central de la tourelle N°2

emile_bertin_jeu03

Personnellement j’aurais préféré un croiseur final dans son véritable aspect de 1944, sans avion ni catapulte, voire même un canon de 152 en moins, mais une AA vraiment renforcée, donnant du sens à un croiseur souvent appelé à rencontrer du tier VII, dont les porte-avions sont relativement puissants.

A la place on nous a servi une espèce de mixte fait à l’arrache et qui ne rend absolument pas hommage aux belles lignes du vrai navire, c’est dommage, peut mieux faire.

shemaEBertin

90AAm1926_Emile_Bertin.jpg
Tourelle AA (et secondaire) de 90 mm en affût double roof arrière Emile Bertin en 1938
ship_pfsc105_emile_bertin
Sur le Wiki